Les dances cubainesSuena Timba vous propose dans cette rubrique un petit  aperçu des différentes danses cubaines et son folklor ( toutes les danses ne sont pas répertoriées car très nombreuses,  mais l'essentiel  y est et par ordre chronologique pour  en comprendre l'évolution laughing ( sources : jorge louis jimenez perez : " de la contredanse à la salsa" baltimore promotion /2002 - "Musiques de cuba" - Helio orovio diaz/ Olivier Cossard - mille et une nuits 2001- Maria teresa linares : "el sucu-sucu de pinos" 1967)

1- la contredanse
2 - El danzon
3 - El mambo
4 - El chachacha
5 - EL Son
6 - La Rumba ( columbia/ yambu/guaguanco)
7 - La  Salsa / Casino
8 - La  Timba.
9 - Afro-cubain : Yoruba.

 

 

La contradance

11 contradanza cadena big1La cotredanse est issue de la " country dance" anglaise, amenée en Hollande et en France an XVII èle siècle - Elle prend citoyenneré fraçaise et se répand dans la classe moyenne puis dans les colonies - De part ses caractéristiques, la contredanses conquiert rapidement les "n_gres" qui pratiquaient dans leur tribu des danses traditionnelles chorales où les hommes et les femmes se mettent en file et font des cercles dans les fêtes et rites religieux.

Les musiciens noirs adoptent cette danse, lui communiquant une vivacité rythmique nouvelle qui se transforme d'abord à st domingue puis à cuba. : la contredanse cubaine. Dela contredanse en " six pour huit" naissent les styles claves, criolla et guajira. De la contredanse " deux pour quatre" apparaissent la danza, habanera et le danzon."







El danzon



eldanzocc81nedenways1

Cette danse, composée d'une vingtaine de couples tenant des arcs et des bouquets de fleurs, représente des figures et des mouvements élégants.

Musicalement, Failde associa le rythme de la HAVANERA avec le mouvement chorégraphique du dazon. Celà constitua l'un des apports principaux à la contredanse et à la danza.

Le danzon,  est un style purement instrumental joué par les orchestre typiques, et après leur décadence, par les charanguas françaises - la danse se fait plus lente avec un moment de repos pour les danseurs ( introduction), et est devenue l'une des danses nationales cubaines."

 

 

 

 

 

El Mambo



Mambo

"Certains attribuent l'origine du Mambo aux musiciens Arsenio Rodriguez et Orestes Lopez qui composent dès 1939 des danzones nouveaux rythmes.

Mais c'est en 1948 que Perez Prado va véritablement creer le Mambo avec "  Que rico el Mambo" . Les trompettes font contrechant avec les saxophones qui ne portent plus la mélodie, pour faire des phrases rythmées.

Le mambo est une des danses tropicales les plus rapides  et les mouvements de danse commencent au 2ème temps, ce qui rend la danse plus sensuelle, sans oublier le mouvement de hanche typique des danses des Caraibes.  Le mambo tend à être une danse très vivante avec de nombreuses figures qui obligent le danseur à se déplacer sur une large partie de la piste de danse.

 

 

 

El Cha cha cha



ChaChaCha

"Le Chachacha apparait peu après  l'arrivée du  Mambo, avec une musique plus lente et un rythme moins compliqué. C'est Enrique Jorrin ( 1926/1987), voiloniste de l'Orquesta America qui compose en 1951 le 1er tube de  cha cha cha " la engañadora" -  Jorrin constate que les danseurs rencontrent des difficultés sur le danzon-mambo car les pas tombent, non sur le temps, mais sur les syncopes. Il simplifie donc la forme en ecrivant des mélodies avec moins d'irrégularités rythmiques, que leur sert de repère.

Ce nouveau style est batisé chachacha par les danseurs du " Silver star" discothèque très fréquentée de la Havane.

Certains disent que c'est en écoutant le bruit des semelles sur le parquet, qu'un musicien aurait improvisé un refrain " cha cha cha es un ritmo sin igual" ( le chachacha est un rythme sans pareil)

A partie de ce moment les orchestres de charanguas vont modifier leur structures pour incorporer dans leur répertoire le cha cha cha qui va influencer le monde musical des années 50.

Le cha cha cha termine donc le cycle commencé avec la contredanse - D'autres styles, indépendants se sont développés tels que  le son, la rumba...."

 

 

El Son

Real20Son20Cubano

 

" Le Son constitue depuis ces débuts l'un des premiers traits de la musique authentiquement cubaine - C'est le résultat de l'intéraction des éléments de notre folklore dans les racines de la musique espagnole et africaine.

L'évolution du Son suit une trajectoire parallèle à celle de la contredanse et ses dérivés. Malgrès tout, ces styles restent indépendants les uns des autres durant leur développement.

Le Son évolue dans les milieux populaires, issus des zones rurales du pays - La contredanse elle est assimilée aus danses de salon.

 

 

 

 

 

 

 

 

La Rumba

"La Rumba est comprise dans une série de mots afroaméricains qui désignent un type de fête collective -  Chacune des parties de la rumba présente des variantes, qui, combinées entre elles, donnet naissance à des modalités différentes, très particulières :

guaguanco

 

Le guaguanco : L'érotique Guaguanco apparaît à la Havane au milieu du XIXe siècle. Plus enlevé que le Yambù, les partenaires simulent la parade nuptiale, et culmine par un mouvement des hanches très explicite appelé " vacunao ", symbole d'accouplement. La danse représente la poursuite amoureuse de l'homme vers la femme, celui-ci désire la "vacciner", il tente de la toucher généralement avec son pied (vacunarla : métaphore sexuelle), celle-ci essaie d'éviter l'attaque, d'une manière picaresque et grotesque. Si la femme se rend et accepte ses avances, il lui prend parfois la tête entre les mains et lui embrasse le front pour lui signifier qu'elle lui appartient. A travers cette persécution et fuite, le couple démontre sa virtuosité de danseur. Aujourd'hui, on pratique beaucoup le "vacunao" en le suggérant parfois avec d'autres parties du corps et un foulard.

 

 

 

 

el yambu

 

--> Le Yambu : Cette danse afro-cubaine est un des trois styles qui compose la Rumba. Elle est d'origine urbaine et est un des styles les plus anciens. On retrouve sa présence depuis la moitié du 19ème siècle. Danse lente, de mouvements cérémonieux, met en scène la coquetterie de la femme face à l'homme. Les mouvements sont calmes et lascifs, mais, afin de prouver sa vigueur, l'homme peut saisir entre les dents un mouchoir posé par terre. La femme est mise en valeur, l'homme ne tient qu'un rôle secondaire. Elle se distingue du Guaguanco car on n'y pratique pas le "vacunao", tentative de l'homme de toucher le sexe de la femme. Les partenaires simulent parfois les douleurs qu'ont les vieillards en dansant.

 

 

 

 

 

 

cfn columbia yamil1

 

--> La Columbia : Très rapide, les danseurs se défient (desafio), font étalage de leurs qualités (alarde) et de leur virilité en improvisant un dialogue avec le quinto. Les mouvements sont exagérés et désarticulés, imitant boiteux, épileptique, boxeur, cerf volant, joueur de base-ball, coupeur de canne… Dérivée des danses Congos et exécutée en couple à l'origine, la Columbia sous l'influence du mani fut réservée aux hommes. Elle comprend plusieurs pas dont la meta (nom également d'un rythme de Santeria consacré à Chango), le refrazo, le palatino, le habanero et la columbia proprement dite. Les columbianos s'accrochent de couteaux aux pieds (comme des éperons des coqs) ou les tiennent à deux mains. Les plus illustres columbianos : Papa Montero, Malanga (José Rosario Oveido), d'ascendance Congo, Andrea Baro, issue d'une famille arara et permièere femme à oser danser la Columbia."

 

 

 

La salsa / Casino

baile cuba

 
"On appelle "Casino" la danse en couple inventée au Club Casino Deportivo de La Havane. Elle prend ses racines dans le son cubain et le couple se déplace essentiellement en décrivant des cercles successifs. C'est avant tout une danse de la rue, populaire et sociale. En se développant, elle a intégré les pas afro-cubains et les passes se sont complexifiées.

Est née la Rueda de casino qui servait aussi a faire des "battle" entre barrio's de la havane : Elle est composée de figures qui une fois connues permettent alors de former la "Rueda de Casino". Le principe, tous les couples formes une ronde, un des danseurs annonce les passes à exécuter, cet exercice demande synchronisation et précision dans les déplacements. La nécessité de mettre en œuvre des chorégraphies et de divertir les spectateurs a provoqué l'apparition de nouvelles conceptions spatiales. Il a été ainsi rendu indispensable de nommer chacune des figures, combinaisons de passes, gestes et directions, pour pouvoir les exécuter à l'unisson et, surtout, de comprendre l'appel du guide.

La Salsa Cubaine / Le Casino est pour les cubains une manière de vivre, de communiquer, de partager, comme est innée la sensualité qui se dégage des mouvements et des gestes imperceptibles. La colone vertébrale de la danse est le rythme, et l'instrument à travers lequel il s'exprime ,est le coprs dirigé par l'esprit - C'est justement là que doit  commencer la danse " tout est dans la tête" - La musique dit ce qu'il faut faire et à quel moment - il faut seulement savoir l'écouter"

" La salsa, cele qui est indispensable à Cuba à l"heure de manger, et l'autre qui est nécéssaire pour vivre et danser sont une seule : le résultat d'un incroyable mélange de cultures - " le réel merveilleux ( carpentier.a)

La timba



cuba concierto vanvan 12

La Timba est un genre musical né à Cuba à la fin des années 80 - C'est ce que  certains croient être de la salsa cubaine; les 2 genres ayant des racines communent

( le son cubain) mais il s'agit de 2 genres differents néanmoins, et on doit parler de  de Timba et non de salsa cubaine.

Le mot Timba fait partie d'une large famille de mots issus des familles de langues africaines imbi et ingi ( tumba,rumba, marimba, mambo, conga, charangua, bongo...)

. EN Argot cubain Timba veut dire " nouveau" et Temba " vieux"

Initiée en 1988 par José Luis Cortes, qui fonde NG La Banda ( NG pour Nueva Generacion) après 7 ans passé avec l'ensemble IRAKERE, et qui concilie les exigences de la musique à danser avec les libertés du Latin Jazz. Chansons influencées par l'argot de la rue, percussions et cuivres endiablées

Afrocubain

Le terme Afro-Cubain désigne à la fois des Cubains d'origine africaine et les éléments historiques et culturels qui émanent de cette communauté. Le terme réfère aussi à la combinaison d'éléments culturels africains combinés à d'autres éléments culturels trouvés dans la société cubaine comme la religion (santeria), la musique (jazz afro-cubain, rumba,…), le langage, les arts ... Directement issues des rituels de santerìa, les danses Yoruba sont les danses d'orichas (dieux) interprétées avec les symbolismes et les énergies qui sont propres à chaque oricha.